17 juillet 2017

Rattraper une sculpture ratée, suite.

J'observe la sculpture en la faisant lentement tourner pour repérer les faiblesses dans les lignes, je constate que certaines courbes nécessitent un apport de matière ( argile autodurcissante de type Das ou autre ) afin de les accentuer en rendant la féminité plus lisible. Je vois également qu'il est inutile que les visages soient si précis et choisis d'en effacer les détails pour que le regard se porte plus particulièrement sur les corps et les postures. Pareil pour les mains.

Je trouve la tête de la femme enceinte vraiment trop petite, j'en augmenterai un peu le volume, question d'équilibre des masses.

Conseil : Pour rattraper une oeuvre ratée, bien aiguiser son sens critique avant de se tailler un costard avec la plus grande lucidité et sans la moindre complaisance. L'autosatisfaction béate ne vous aidera pas à progresser, vous pourriez passer à côté d'une erreur qu' un oeil plus avisé que le votre risquerait de remarquer, ce qui peut éventuellement être un peu vexant si l'on a l'égo chatouilleux...

Voici la sculpture en cours de correction, avant deuxième apport de matière, ponçage et Cie

P1050207

Posté par Maya Sinceretti à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


14 juillet 2017

Rattraper une sculpture ratée

Dans le fouillis de l'atelier (attention pléonasme) j'ai retrouvé une ancienne sculpture à laquelle je trouve mille défauts et que je m'apprête à modifier pour en rattraper les erreurs et la proposer ensuite à la vente.

Voyons voir de quand date la bestiole... je la retourne, 2006 ! Ah oui quand-même, les erreurs ne sont pas toutes de jeunesse !

Voici deux photographies de la sculpture dans son état actuel, je sais bien que l'on n'est pas toujours fier de son passé, mais j'assume puisque je suis là pour prouver que si l'on pense qu'une oeuvre est ratée, nul besoin de la jeter, un petit remodelage peut suffire à la rendre présentable.

P1050199

P1050198

 

 

 

 

 

 

 

Le sujet qu'elle traite tient en deux mots :

homosexualité et maternité.

Bon, pas de quoi fouetter un chat tant ce devrait être banal mais disons  que le thème suscite encore parfois quelques commentaires grognons...