03 décembre 2015

Le droit d'être en colère

Depuis vendredi 13 novembre j'essaie d'écrire, de m'écrire, de m'écrier, de crier... mais les mots en déroute fuient devant ma colère. Il faut pourtant que je parvienne à exprimer mes sentiments toujours englués par la sidération, d'abord pour canaliser ma colère afin de l'orienter vers une création qui dira à ma place ce que je n'ai pas fini de ressentir, puis pour commencer la sculpture qui se dessine peu à peu. Je n'étais pas à Paris ce jour là, mais ce jour là je suis tombée Je ne connaissais aucune des victimes blessées ou... [Lire la suite]

24 novembre 2015

Parenthèse peace and love

Après cette sculpture réalisée à partir d'un morceau de bois d'olivier que je considère comme une parenthèse " peace and love " dans le contexte actuel, et parce-que je l'avais commencée bien avant que des dégénérés perpètrent un massacre à Paris vendredi 13 novembre, je reviens à mon engagement total pour la liberté  d'expression, le blasphème et les justes causes. Titre : " De la fragilité de la vie 2 " Dimensions : 36 cm X 37 cm X 68 cm Technique : bois d'oilivier poli, argile autodurcissante patinée.  
Posté par Maya Sinceretti à 16:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 novembre 2015

" De la fragilité de la vie "

Voici une des sculptures réalisées à partir du bois d'olivier.                           Bois d'olivier partiellement poli, argile auto durcissante patinée. Dimensions : 30 cm X 33 cm X 40 cm
Posté par Maya Sinceretti à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 novembre 2015

Sculpture en cours

 Cette fois je mets de côté les bas-reliefs et je choisis la ronde bosse pour la partie modelage et la taille pour la partie sculpture du bois d'olivier dont je vous ai parlé le mois dernier. Pour illustrer mon sujet je modèle trois jeunes enfants ( en cours de réalisation sur les photographies ci-dessous ) qui seront intégrés à la sculpture. A ce stade du modelage j'utilise des râpes italiennes, de fines limes et du papier abrasif pour rectifier quelques défauts avant le passage en teinte.   ... [Lire la suite]
Posté par Maya Sinceretti à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 août 2015

Olea Europea

Bonjour, je commence une nouvelle série de sculptures et vous ai rédigé un petit texte en préambule aux créations à venir. " Un vieil olivier est mort, il aurait pu rester debout tant  que la terre soutiendrait son tronc tortueux aux branches appelant quelque oiseau à se poser un instant comme avant... Désormais inutile il a été arraché, couché, tronçonné, traîné puis jeté dans une carrière. Etrange sépulture. Une âme charitable, émue par ce triste spectacle m'a dit que par la sculpture je pouvais le rendre beau à... [Lire la suite]
Posté par Maya Sinceretti à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 juillet 2015

"Ce que le vent emporte".

bas-relief de 50cmX70cm, argile autodurcissante et papier                                                .Capitalisme mortifère.               ( "Ce que le vent emporte", gros plan sur les dollars découpés, collés puis patinés.)

10 avril 2015

Ebauchoirs et Cie

Voici les outils avec lesquels je commence chaque sculpture, un vieux couteau pour trancher l'argile, deux spatules pour l'étaler, et des ébauchoirs en bois que j'avais taillé dans des branches de buis et qui me sont fidèles depuis vingt ans. Les formes variées de mes ébauchoirs permettent un modelage précis et moins de terre sur les mains !
Posté par Maya Sinceretti à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 mars 2015

Une vie pour une envie

Ames dévorées, enfants perdus, Nausées coupables, regards détournés, Il paraît que la vie continue, c'est vrai, mais la mort est devenue sa canne.
27 octobre 2014

Tout ce qui nous sépare

La mort, la religion, qu'importe puisque c'est ce qui  nous sépare...                          L'amour et rien d'autre, ce n'est pourtant pas si compliqué, non ?
Posté par Maya Sinceretti à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 septembre 2014

Déni d'innocence

  Lorsqu'un enfant commence à jouer avec la mort, l'humanité n'est plus qu'un champ de ruines.