Maya Sinceretti Artiste

20 mai 2016

Artiste maudit, maudit artiste

Ce  sac de larmes que je ne parviens pas à vider sur du Malher et sur moi-même, non pas parce-que la douleur dans mes jambes est pénible, mais parce-que tout ce que je veux c'est créer, réaliser une sculpture  !

Le langage de l'art est universel, pas besoin de mots qui ne sont pas compris ou interprétés de travers, entendus mais pas écoutés, vite oubliés... L'administration française socialiste a jugé que mon activité n'était pas rentable ( au centre de rééducation fonctionnelle je me sens un peu en cavalle administrative ), mais dénoncer les injustices, parler du monde, de la nature qui agonise, pointer du doigt les problèmes de la société, dénoncer la violence, n'est évidemment pas rentable, juste vital, évident, indispensable ! Le RSA à 460 euros par mois alloué à un artiste qui vous ouvre les yeux, ou à un musicien qui vous fait évader de ce merdier l'espace d'une heure et demi  de concert  vaut-il cette chasse à l'artiste  professionnel qui aime plus son art que l'argent, parce-qu'en fait, croyez-vous pouvoir vivre une vie de pacha avec  moins de 500 euros par mois ?

Je ne crée pas pour pondre un objet par jour à montrer à des amis virtuels sur un réseau social et gagner un pouce en l'air, ou brader mes créations devant des suceurs de glaces qui n'entravent que dalle, même à l"évidence.

Un artiste qui ne crée pas s'éteint doucement

Un artiste qui ne vend pas meurt sûrement.

Un artiste qui ne crée ni ne vend est peut-être déjà mort...


09 mai 2016

Artiste et RSA

tmp_6163-radio_maya(2)1794293931

Ceci n'est pas une oeuvre d'art mais mon dos réparé après une crise foudroyante de sciatique dûe à une grosse hernie discale . J'essaie de retrouver l'usage de mes jambes dans un centre de rééducation fonctionnelle après ablation de la hernie et pose d'une plaque métallique avec des vis.

Me voilà incapable de créer une oeuvre plastique, j'ai donc le temps de réfléchir à la raison de mon handicap provisoire.

Il se trouve que je fais partie des artistes au RSA et depuis quelques mois les pressions administratives ont coincidé avec mes crises de sciatique. L'administration a décidé que mon activité artistique professionnelle n'était pas rentable et que je devais l'abandonner au profit d'un travail alimentaire mais aussi qu'en cas de refus de ma part, le RSA serait supprimé. Les crises de sciatique empirant, c'est en boitant que je me rendais au parcours de 8 mois d'entretiens individuels et de groupe, les deux étant obligatoires ( rédiger un CV, répondre au téléphone, image de soi, jeux de rôle...)

Corticoïdes, antiinflammatoires, lamaline et compagnie, mal de dos insupportable jusqu'á ce que j'apprenne que je devais faire une MSP ( mise en situation professionnelle ) en entreprise de nettoyage, qu'il valait mieux que je m'exécute en sachant que les musiciens, les peintres, les sculpteurs, illustrateurs... étaient particulièrement surveillés. Le week-end qui suivit fut insupportable et rempli d'antalgiques. Je n'ai pas fait leur MSP.

Lundi matin, á l'heure oú les employés vont au boulot, la connerie administrative a eu raison de moi, elle m'a sciée ! Allo, samu, hosto, opération, etc... Se faire autant de mal parce-que l'on n' accepte pas les règles d'une société qui veut faire croire qu'un sculpteur qui bosse au moins huit heures par jour sans être rentable, plombe l'économie française en percevant 460 € de RSA !  Aujourd'hui je réapprends á marcher, j'ai vu ce dont mon subconscient était capable et je peux dire que JAMAIS ne rentrerai dans le rang, quel que soit le prix á payer !

Posté par Maya Sinceretti à 06:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 mars 2016

Colère et gribouillis

republique_3belg

22 mars 2016 Bruxelles - attentat islamiste - trop de vies brisées - trop de sauvages qui haïssent la vie - peine - tristesse - colère qui vient - Pour exprimer mes sentiments j'ai repris mon bas-relief "Esprit du 11 janvier es-tu là" et j'ai gribouillé la photo pour remplacer le drapeau français par le drapeau belge.

Posté par Maya Sinceretti à 17:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 mars 2016

Non, l'Art contemporain n'arrive pas qu'aux autres !

Non, l'Art contemporain n'arrive pas qu'aux autres, la preuve je l'ai attrapé une fois l'année dernière, en 2015, et dans l'éventualité d'une rechute je vous en parle parce-qu'on est entre nous.

"Une famille d'éléphants", c'est son titre et la voici :

elephant

Bon, c'est vrai, on ne pense pas à première vue à une famille d'éléphants, mais l'Art contemporain a non seulement besoin de son A majuscule pour justifier son statut mais aussi d'une " petite " explication, et sans explication cette création serait abstraite.

( C'est une plaque de bois dans laquelle j'ai incrusté des plaquettes d'ivoire de morse qui appartenaient jadis à mon arrière grand-père éventailliste. )

Dans cette oeuvre je dénonce les massacres d'éléphants dont on pille les défenses au nom du luxe, pour le plaisir de quelques snobs. Vous notez qu'il manque une plaquette en bas à gauche, c'est pour suggérer le vol d'ivoire sur l'oeuvre elle-même, tant l'ivoire est convoité. Cette oeuvre ne sera évidemment jamais vendue à cause de l'ivoire qu'elle contient, allons allons, soyons cohérents ! 

(détail ci-dessus)

Je n'ai rien contre l'art contemporain quand il n'est ni vénal ni opportuniste, ce que je déplore  c'est qu'il  monopolise les meilleurs lieux d'exposition, parle un peu trop fort, et ...( j'en profite pour fourguer une citation maison pour conclure et annoncer le verdict concernant l'Art contemporain) "qui parle trop n'a rien à dire."

Posté par Maya Sinceretti à 11:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 mars 2016

Sculpture sans socle

Je vous présente l'avant et l'après de la problématique du socle de ma dernière sculpture "Avant qu'apparaissent les différences".

Vous voyez grâce aux photographies l'utilisation de la technique de restauration d'objets d'art pour finaliser une création née d'un simple morceau de bois d'olivier. Ne pas socler est un choix personnel et ne convient pas à toutes les sculptures, bien évidemment.

Ici le bois est très instable et les deux enfants modelés à l'argile autodurcissante sont juste posés pour la photo.

  2enfants_face

Sur la première photo le bois est très instable et les deux enfants modelés à l'argile autodurcissante sont juste posés pour la photo.

Sur la photo de droite les parties en argile autodurcissante ont été patinées pour s'harmoniser avec la couleur naturelle du bois d'olivier.

 

Posté par Maya Sinceretti à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


10 mars 2016

"Avant qu'apparaissent les différences"

Sculpture terminée !

Pour  illustrer ma dernière création, je vais utiliser  une citation toute prête, qui est de Sigmund Freud : "  Si l'humanité était capable de  s'instruire par l'observation directe des enfants, j'aurais pu m'épargner la peine d'écrire ce livre."

 

sculpture bois d'olivier et argile autodurcissante patinée, hauteur : 44 cm

 

2enfants_profil

 

2enfants_dos

Elever des enfants n'est pas pratiquer l'élevage artisanal ou industriel (peu importe), mais permettre l'élévation de ceux que l'on a confié au monde, et cela me fait penser à l'engagement admirable d'Olivier MAUREL, militant contre la violence éducative, et fondateur de l'Observatoire de la Violence Educative Ordinaire.

Oui, la violence éducative qu'elle soit religieuse ou pas gangrène l'enfance et chie sur ses rêves.

J'étais partie pour faire une sculpture un peu légère...  Un petit lexomil peut-être ???  - Ouais, envoie la boîte !

 

 

 

Posté par Maya Sinceretti à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 mars 2016

"Si le passé ne sert pas le présent, il n'a pas d'avenir"

"Si le passé ne sert pas le présent, il n'a pas d'avenir", cette citation de mon cru va me permettre de vous démontrer l'utilité d'exploiter une expérience passée pour trouver une solution à une problématique présente.

Mon métier de restauratrice d'objets d'art dont je vous ai parlé dans l'article précédent ne serait qu'un souvenir, un sujet occasionnel de conversation s'il ne pouvait, aujourd'hui me servir de quelque manière que ce soit.

J'ai appris à restaurer des objets cassés pour leur rendre l'apparence qu'ils avaient avant, lorsqu'un artisan ou un artiste les avait façonnés. Alors pourquoi abandonner un savoir-faire que l'on met parfois des années à maîtriser ?

Ce que je fais dans ma sculpture actuelle c'est lier, voire fusionner création et restauration.Je suis partie d'un morceau de bois d'olivier duquel j'ai ôté l'écorce, que j'ai  poncé puis longuement poli sans couper aucune portion que l'on aurait pu juger inesthétique parce-que fissuré et éclaté et qui ne tient pas debout, en plus !

Soit. J'ai modelé les enfants et un prolongement du bois pour donner l'illusion du même matériau, à savoir du bois d'olivier. Dans la restauration d'objets d'art on façonne le morceau manquant, on le colle, on  enduit la jointure, on ponce localement, on teinte la partie refaite en empiétant que très faiblement sur la partie originale.

En utilisant deux techniques, deux matériaux pour une seule oeuvre, je vais enrichir celle-ci et, probablement celles à venir.

 

Posté par Maya Sinceretti à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 février 2016

La question du socle d'une sculpture

P1050088 Après avoir préparé le bois d'olivier en lui enlevant juste son écorce et en polissant son  veinage, je présente les deux enfants modelés et là, deux questions se posent :

- " Dois-je socler la sculpture ? "

- " Comment stabiliser la sculpture et permettre sa manipulation future sans risque d'endommagement ? "

Pour la réponse, je fais appel aux techniques de restauration de céramiques et objets d'art, le beau métier que j'ai pratiqué durant deux décennies. ( Habituellement seuls les objets cassés ou fissurés nécessitent une restauration, et celle-ci, qu'elle soit invisible ou muséographique doit toujours être réversible, c'est-à-dire permettre une éventuelle restauration future sans dégrader l'objet original. )

Ci-dessus, voici la photographie prise ce matin ( par un beau soleil du sud de la France ) où les trois éléments sont en place. Mais à ce stade, rien n'est fixé, tout est instable !

Je vais alors prolonger le bois en bas à gauche jusqu'au pied gauche de l'enfant qui essaie de grimper, en modelant mon argile qui imitera le bois d'olivier.

A très bientôt pour la photo "après" !

 

17 février 2016

Râpes et limes pour la sculpture

P1050085Parlons un peu de ces outils que sont les limes et les râpes.

Elle me servent à affiner les surfaces de la pièce modelée. Pourquoi ? Parce-que j'utilise une argile auto-durcissante (Das, Plastiroc, Plasmolegno...  ) qui est assez ingrate à travailler  mais possède  l'avantage de sécher à l'air sans passer par une cuisson au four inhérente à l'argile classique. Cependant,  un affinement est nécessaire pour atténuer les rugosités et accentuer les creux du sujet modelé, à moins que l'on veuille conserver un aspect brut, dans ce cas elles restent dans le tiroir.

Les râpes ( les deux premières à gauche sur la photo) dégrossissent et les limes ( les deux à droite sur la photo ) effacent les stries que peuvent laisser les râpes sur la terre.

Bien sûr l'utilisation de ces outils n'est pas une obligation, tout dépend de l'aspect final que l'on désire donner à la pièce modelée et si cette dernière sera peinte, vernie ou patinée pour sa finition.

 

 

Posté par Maya Sinceretti à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 février 2016

Bonjour les enfants !

La sculpture en argile et bois d'olivier est bientôt terminée, il est temps de vous présenter les enfants. Ils ne sont ni terminés ni en place mais ont bien voulu se prêter au petit rituel de la photo "sculpture en cours", pour que vous soyez prêts à les rencontrer. L'histoire qu'ils vous raconteront lorsque vous les verrez en terre et en bois sera l'une de celles que l'on aimerait vivre mais qui se passe souvent dans l'Art ou en rêve.

Une histoire qui finit bien.

Et s'ils vous disent autre chose, ça me convient aussi.

P1050081

P1050083

Posté par Maya Sinceretti à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 février 2016

Quoi de neuf dans l'art dit "contemporain" ?

Lu ce matin sur le blog de Christine Sourgins "Grain de sel", je vous en propose la lecture :

Entre pétitions et mission parlementaire

Contre les Fracs, les pétitions s’étendent : après celle du peintre Frank Longelin, co-créateur du site FACE À L’ART ,  demandant au FRAC du Nord Pas de Calais de changer sa politique d’acquisition, cliquez , voici celle de l’artiste M art’in lancée à l’encontre du Frac de Bretagne : cliquez

L’artiste, installée sur place, a pu observer le jeu de l'institution « avec les associations à la botte, largement subventionnées, ( qui) phagocytent tous les lieux convenables pour étaler leurs petits business ». Les autres artistes s’échinent alors à exposer en dehors du système  et en arrivent à des expositions semi clandestines qui prennent la clé des champs comme le relate le dernier livre d’Aude de Kerros "L'imposture de l'Art contemporain", page 228-29.
On y lit aussi combien la situation bretonne est ubuesque. Le conseil général des Côtes d’Armor avait décidé de prendre une mesure en faveur des « artistes non agréés par les FRAC » : salarier un « référent culturel », chargé de s’occuper des artistes au RSA. S’occuper ne veut pas dire les aider au même titre que les élus du système mais assurer une présence, distribuer de bonnes paroles, montrer que l’administration est bonne fille et qu’elle n’oublie personne. Une forme d’assistanat social en lieu et place d’une vraie politique culturelle locale. Or le malheureux « référent culturel » se rend compte du rôle qu’on lui fait jouer, de la situation calamiteuse des artistes qu’il est censé appuyer, alors qu’il ne dispose d’aucun moyen et surtout pas de budget : il va sombrer dans la dépression non sans avoir obtenu, avec difficultés, que les couloirs des maisons départementales servent de cimaises improvisées et dérisoires…

Que penser, dans ce contexte, de la mission d'information sur le marché de l'art qui va plancher jusqu'à juin à l'Assemblée nationale ? Avec pour président Michel Herbillon (LR) et Sophie Dessus (PS) pour rapporteur, 14 députés entendent mener « une importante série d'auditions », pour comprendre le« déclin de la place de Paris » et « la situation préoccupante » du marché de l'art contemporain français ; s’interroger sur « le développement de pratiques spéculatives, (…) sur la transparence du marché de l'art et le lien possible avec des pratiques de blanchiment». Se déplaceront-ils en province pour rencontrer d’autres interlocuteurs que ceux appointés par les réseaux bureaucratiques et financiers comme le Cipac ? S’agit-il d’une vraie prise de conscience ? La composition de cette mission (avec, sur 14 participants, 10 députés apparentés à la majorité présidentielle ) pourrait laisser croire qu’il s’agit d’une opération cosmétique destinée à couvrir les comportements des responsables d'aujourd'hui alors que... 2017 est en vue ( ?). Bref pas d’enthousiasme naïf , attendons ce énième rapport. Le déclin de la France sur la scène internationale est bien connu depuis le rapport Quemin de 2001, commandé par le ministère des affaires étrangères.
Ces pétitions sont le signe d’un profond malaise que le milieu politique dirigeant (quelque soit son étiquette) a toujours voulu ignorer …préférant l’auto satisfaction et remédier au dirigisme par encore plus de dirigisme…

Christine Sourgins

Posté par Maya Sinceretti à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 janvier 2016

Dans le bois d'olivier...

" Je l'entends.

Le bois d'olivier m'appelle à nouveau.

Il insiste, il sait que la puanteur du monde me tue lentement, il s'offre à moi.

Il m'attend.

Il veut bien que je lui ôte son écorce comme on fait lentement glisser un manteau le long d'un corps pour en découvrir la peau, la caresser, encore et encore jusqu'à la connaître par coeur.

Nos histoires n'ont plus d'importance, il ne reste que nous...

A cet instant seulement, on perçoit toute  la beauté du monde. "

 

 

Posté par Maya Sinceretti à 15:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2016

" Esprit du 11 janvier es-tu là ? ""

Bas-relief sur bois et acrylique, 60cmX90cm

Il y a un an, Charlie...

En novembre, on dira, il y a un an Paris...

Les barbares de la république éteignent les lumières,

la grande nuit descend sur la France.

republique_2

03 décembre 2015

Le droit d'être en colère

Depuis vendredi 13 novembre j'essaie d'écrire, de m'écrire, de m'écrier, de crier... mais les mots en déroute fuient devant ma colère.

Il faut pourtant que je parvienne à exprimer mes sentiments toujours englués par la sidération, d'abord pour canaliser ma colère afin de l'orienter vers une création qui dira à ma place ce que je n'ai pas fini de ressentir, puis pour commencer la sculpture qui se dessine peu à peu.

Je n'étais pas à Paris ce jour là, mais ce jour là je suis tombée

Je ne connaissais aucune des victimes blessées ou assassinées et c'est l'humanité que je pleure

Ensuite, je n'ai pas allumé de bougie, sa flamme est trop frêle sous le vent mauvais.

Aujourd'hui je regarde, consternée, les donneurs de leçons se vautrer dans la lâcheté et le déni d'une réalité à laquelle ils préfèrent l'orgasme d'une érection présidentielle.

- Je suis en colère !

Assez d'entendre ânonner la formule magique d'une république en haillons :

"Liberté-Egalité-Fraternité" sont devenus la tétine du peuple que l'on veut empêcher de hurler.

Liberté ? Pour rêver qu'elle existe ?  - Colère !

Egalité ? Pour unifier toutes les injustices ?  - Colère !

Fraternité ? Pour embrasser ceux qu'on dégoûte ?  - Colère !

Vous pourrez l'écrire un million de fois votre formule, et pendant que vous l'écrirez, ceux qui rêvent d'un monde à genoux se repaîtront du sang dont ils aiment le goût, se drapperont du noir dont ils couvrent leur butin, se prosterneront devant le néant qu'ils vénèrent plus que la vie.

- Colère !

Ils n'ont pas vu ces fossoyeurs de l'humanité, ces coupeurs de têtes, ces linceuls étriqués qui entraînent les enfants vers l'abîme, qu'ils exécutent leur danse macabre sur une terre agonisante ?

Alors qu'ils nous laissent sauver la planète tant que l'on peut encore le faire et qu'ils crèvent tous  !

 

 

24 novembre 2015

Parenthèse peace and love

Après cette sculpture réalisée à partir d'un morceau de bois d'olivier que je considère comme une parenthèse " peace and love " dans le contexte actuel, et parce-que je l'avais commencée bien avant que des dégénérés perpètrent un massacre à Paris vendredi 13 novembre, je reviens à mon engagement total pour la liberté  d'expression, le blasphème et les justes causes.

P1050047

P1050050

P1050048

P1050051

Titre : " De la fragilité de la vie 2 "

Dimensions : 36 cm X 37 cm X 68 cm

Technique : bois d'oilivier poli, argile autodurcissante patinée.

 

Posté par Maya Sinceretti à 16:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

" De la fragilité de la vie "

Voici une des sculptures réalisées à partir du bois d'olivier.

P1050045

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 P1050043

 

Bois d'olivier partiellement poli, argile auto durcissante patinée.

Dimensions : 30 cm X 33 cm X 40 cm

Posté par Maya Sinceretti à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 novembre 2015

Sculpture en cours

 Cette fois je mets de côté les bas-reliefs et je choisis la ronde bosse pour la partie modelage et la taille pour la partie sculpture du bois d'olivier dont je vous ai parlé le mois dernier.

Pour illustrer mon sujet je modèle trois jeunes enfants ( en cours de réalisation sur les photographies ci-dessous ) qui seront intégrés à la sculpture. A ce stade du modelage j'utilise des râpes italiennes, de fines limes et du papier abrasif pour rectifier quelques défauts avant le passage en teinte.

P1050037

 

P1050042

                                            Pour  vous donner une idée de la taille des enfants...

 

 

 

 

 

 

 D'ici quelques jours je vous présenterai la sculpture complète terminée.

Posté par Maya Sinceretti à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 octobre 2015

Boltanski, so amazing !

Bonjour,

C'est vrai que certains artistes contemporains ne suscitent pas un grand enthousiasme de ma part, c'est pourquoi  je ne résiste pas au plaisir de vous proposer un article lu sur "Causeur.fr" concernant une expo de Boltanski.

Sous les vêtements, l'ordre contemporain - Causeur

Ça résonne comme le refrain lancinant tout suintant de niaiserie sado-maso du nouveau tube planétaire d'une Rihanna, Beyoncé ou Miley Cyrus, d'une de ces icônes lubriques de la pop porn qui, fières de leur plastique érotisée et de leur libido hyper boostée, aiment exhiber leurs strings en enfourchant un joujou phallique géant.

http://www.causeur.fr

Ce que j'en dis ?   

Des visiteurs qui payent pour fouiller une montagne de déchets dans une mise en scène très muséale c'est plus glamour que des pauvres en guenilles qui fouillent des montagnes similaires mais à ciel ouvert avec des oiseaux qui tournoient au-dessus de la tête dans des zones condamnées au tiers monde ...
Une montagne de merde avec le même titre " Take me I'm yours" eût été tellement plus sincère ... mais beaucoup moins "so amazing !"

Posté par Maya Sinceretti à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 août 2015

Olea Europea

Bonjour, je commence une nouvelle série de sculptures et vous ai rédigé un petit texte en préambule aux créations à venir.

" Un vieil olivier est mort,

il aurait pu rester debout tant  que la terre soutiendrait son tronc tortueux aux branches appelant quelque oiseau à se poser un instant comme avant...

Désormais inutile il a été arraché, couché, tronçonné, traîné puis jeté dans une carrière.

Etrange sépulture.

Une âme charitable, émue par ce triste spectacle m'a dit que par la sculpture je pouvais le rendre beau à nouveau. J'ai donc ramassé quelques éclats de sa spendeur passée que j'ai déposés sur ma terrasse.

Je ne ferai qu'en magnifier les traces de vie pour montrer comme il avait fière allure et lui offrirai, sans le déranger, ce qui jamais ne l'aurait tué...

Pour quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, le temps qu'il voudra, je resterai près de lui, parce-que le temps, pour  un vieil olivier et moi importe si peu.

Il me parlera, je l'écouterai puis nous pourrons nous quitter heureux de ne rien regretter.

Je lui dirai adieu, vous lui direz que vous l'aimez. "

 

Pour conclure, vous mettre sur la voie et vous faire patienter, je vous offre une citation de mon cru :

"L'homme sans la nature n'est rien, mais pas le contraire."

Posté par Maya Sinceretti à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 juillet 2015

"Ce que le vent emporte".

bas-relief de 50cmX70cm, argile autodurcissante et papier.

bas-relief de 50cmX70cm, argile autodurcissante et papier

                                               De l'étreinte qui ennivre et fait perdre la raison

                     elle devra se libérer parce-qu'elle seule porte vos lendemains.

 

billetszoom

 

 

 

 

 

 

 

( "Ce que le vent emporte", gros plan sur les dollars découpés, collés puis patinés.)

Posté par Maya Sinceretti à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,