Maya Sinceretti Artiste

17 mars 2016

Non, l'Art contemporain n'arrive pas qu'aux autres !

Non, l'Art contemporain n'arrive pas qu'aux autres, la preuve je l'ai attrapé une fois l'année dernière, en 2015, et dans l'éventualité d'une rechute je vous en parle parce-qu'on est entre nous.

"Une famille d'éléphants", c'est son titre et la voici :

elephant

Bon, c'est vrai, on ne pense pas à première vue à une famille d'éléphants, mais l'Art contemporain a non seulement besoin de son A majuscule pour justifier son statut mais aussi d'une " petite " explication, et sans explication cette création serait abstraite.

( C'est une plaque de bois dans laquelle j'ai incrusté des plaquettes d'ivoire de morse qui appartenaient jadis à mon arrière grand-père éventailliste. )

Dans cette oeuvre je dénonce les massacres d'éléphants dont on pille les défenses au nom du luxe, pour le plaisir de quelques snobs. Vous notez qu'il manque une plaquette en bas à gauche, c'est pour suggérer le vol d'ivoire sur l'oeuvre elle-même, tant l'ivoire est convoité. Cette oeuvre ne sera évidemment jamais vendue à cause de l'ivoire qu'elle contient, allons allons, soyons cohérents ! 

(détail ci-dessus)

 

Posté par Maya Sinceretti à 11:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11 mars 2016

Sculpture sans socle

Je vous présente l'avant et l'après de la problématique du socle de ma dernière sculpture "Avant qu'apparaissent les différences".

Vous voyez grâce aux photographies l'utilisation de la technique de restauration d'objets d'art pour finaliser une création née d'un simple morceau de bois d'olivier. Ne pas socler est un choix personnel et ne convient pas à toutes les sculptures, bien évidemment.

Ici le bois est très instable et les deux enfants modelés à l'argile autodurcissante sont juste posés pour la photo.

  2enfants_face

Sur la première photo le bois est très instable et les deux enfants modelés à l'argile autodurcissante sont juste posés pour la photo.

Sur la photo de droite les parties en argile autodurcissante ont été patinées pour s'harmoniser avec la couleur naturelle du bois d'olivier.

 

Posté par Maya Sinceretti à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mars 2016

"Avant qu'apparaissent les différences"

Sculpture terminée !

Pour  illustrer ma dernière création, je vais utiliser  une citation toute prête, qui est de Sigmund Freud : "  Si l'humanité était capable de  s'instruire par l'observation directe des enfants, j'aurais pu m'épargner la peine d'écrire ce livre."

 

sculpture bois d'olivier et argile autodurcissante patinée, hauteur : 44 cm

 

2enfants_profil

 

 

 

 

 

Posté par Maya Sinceretti à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 mars 2016

"Si le passé ne sert pas le présent, il n'a pas d'avenir"

"Si le passé ne sert pas le présent, il n'a pas d'avenir",  d'où l'utilité d'exploiter une expérience passée pour trouver une solution à une problématique présente.

Mon métier de restauratrice d'objets d'art dont je vous ai parlé dans l'article précédent ne serait qu'un souvenir, un sujet occasionnel de conversation s'il ne pouvait, aujourd'hui me servir de quelque manière que ce soit.

J'ai appris à restaurer des objets cassés pour leur rendre l'apparence qu'ils avaient avant, lorsqu'un artisan ou un artiste les avait façonnés. Alors pourquoi abandonner un savoir-faire que l'on met parfois des années à maîtriser ?

Ce que je fais dans ma sculpture actuelle c'est lier, voire fusionner création et restauration.Je suis partie d'un morceau de bois d'olivier duquel j'ai ôté l'écorce, que j'ai  poncé puis longuement poli sans couper aucune portion que l'on aurait pu juger inesthétique parce-que fissuré et éclaté et qui ne tient pas debout, en plus !

Soit. J'ai modelé les enfants et un prolongement du bois pour donner l'illusion du même matériau, à savoir du bois d'olivier. Dans la restauration d'objets d'art on façonne le morceau manquant, on le colle, on  enduit la jointure, on ponce localement, on teinte la partie refaite en empiétant que très faiblement sur la partie originale.

En utilisant deux techniques, deux matériaux pour une seule oeuvre, je vais enrichir celle-ci et, probablement celles à venir.

 

Posté par Maya Sinceretti à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 février 2016

La question du socle d'une sculpture

P1050088 Après avoir préparé le bois d'olivier en lui enlevant juste son écorce et en polissant son  veinage, je présente les deux enfants modelés et là, deux questions se posent :

- " Dois-je socler la sculpture ? "

- " Comment stabiliser la sculpture et permettre sa manipulation future sans risque d'endommagement ? "

Pour la réponse, je fais appel aux techniques de restauration de céramiques et objets d'art, le beau métier que j'ai pratiqué durant deux décennies. ( Habituellement seuls les objets cassés ou fissurés nécessitent une restauration, et celle-ci, qu'elle soit invisible ou muséographique doit toujours être réversible, c'est-à-dire permettre une éventuelle restauration future sans dégrader l'objet original. )

Ci-dessus, voici la photographie prise ce matin ( par un beau soleil du sud de la France ) où les trois éléments sont en place. Mais à ce stade, rien n'est fixé, tout est instable !

Je vais alors prolonger le bois en bas à gauche jusqu'au pied gauche de l'enfant qui essaie de grimper, en modelant mon argile qui imitera le bois d'olivier.

A très bientôt pour la photo "après" !

 


17 février 2016

Râpes et limes pour la sculpture

P1050085Parlons un peu de ces outils que sont les limes et les râpes.

Elle me servent à affiner les surfaces de la pièce modelée. Pourquoi ? Parce-que j'utilise une argile auto-durcissante (Das, Plastiroc, Plasmolegno...  ) qui est assez ingrate à travailler  mais possède  l'avantage de sécher à l'air sans passer par une cuisson au four inhérente à l'argile classique. Cependant,  un affinement est nécessaire pour atténuer les rugosités et accentuer les creux du sujet modelé, à moins que l'on veuille conserver un aspect brut, dans ce cas elles restent dans le tiroir.

Les râpes ( les deux premières à gauche sur la photo) dégrossissent et les limes ( les deux à droite sur la photo ) effacent les stries que peuvent laisser les râpes sur la terre.

Bien sûr l'utilisation de ces outils n'est pas une obligation, tout dépend de l'aspect final que l'on désire donner à la pièce modelée et si cette dernière sera peinte, vernie ou patinée pour sa finition.

 

 

Posté par Maya Sinceretti à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 février 2016

Bonjour les enfants !

La sculpture en argile et bois d'olivier est bientôt terminée, il est temps de vous présenter les enfants. Ils ne sont ni terminés ni en place mais ont bien voulu se prêter au petit rituel de la photo "sculpture en cours", pour que vous soyez prêts à les rencontrer. L'histoire qu'ils vous raconteront lorsque vous les verrez en terre et en bois sera l'une de celles que l'on aimerait vivre mais qui se passe souvent dans l'Art ou en rêve.

Une histoire qui finit bien.

Et s'ils vous disent autre chose, ça me convient aussi.

P1050081

P1050083

Posté par Maya Sinceretti à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 janvier 2016

Dans le bois d'olivier...

" Je l'entends.

Le bois d'olivier m'appelle à nouveau.

Il insiste, il sait que la puanteur du monde me tue lentement, il s'offre à moi.

Il m'attend.

Il veut bien que je lui ôte son écorce comme on fait lentement glisser un manteau le long d'un corps pour en découvrir la peau, la caresser, encore et encore jusqu'à la connaître par coeur.

Nos histoires n'ont plus d'importance, il ne reste que nous...

A cet instant seulement, on perçoit toute  la beauté du monde. "

 

 

Posté par Maya Sinceretti à 15:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2016

" Esprit du 11 janvier es-tu là ? ""

Bas-relief sur bois et acrylique, 60cmX90cm

Il y a un an, Charlie...

En novembre, on dira, il y a un an Paris...

Les barbares de la république éteignent les lumières,

la grande nuit descend sur la France.

republique_2

03 décembre 2015

Le droit d'être en colère

Depuis vendredi 13 novembre j'essaie d'écrire, de m'écrire, de m'écrier, de crier... mais les mots en déroute fuient devant ma colère.

Il faut pourtant que je parvienne à exprimer mes sentiments toujours englués par la sidération, d'abord pour canaliser ma colère afin de l'orienter vers une création qui dira à ma place ce que je n'ai pas fini de ressentir, puis pour commencer la sculpture qui se dessine peu à peu.

Je n'étais pas à Paris ce jour là, mais ce jour là je suis tombée

Je ne connaissais aucune des victimes blessées ou assassinées et c'est l'humanité que je pleure

Ensuite, je n'ai pas allumé de bougie, sa flamme est trop frêle sous le vent mauvais.

Aujourd'hui je regarde, consternée, les donneurs de leçons se vautrer dans la lâcheté et le déni d'une réalité à laquelle ils préfèrent l'orgasme d'une érection présidentielle.

- Je suis en colère !

Assez d'entendre ânonner la formule magique d'une république en haillons :

"Liberté-Egalité-Fraternité" sont devenus la tétine du peuple que l'on veut empêcher de hurler.

Liberté ? Pour rêver qu'elle existe ?  - Colère !

Egalité ? Pour unifier toutes les injustices ?  - Colère !

Fraternité ? Pour embrasser ceux qu'on dégoûte ?  - Colère !

Vous pourrez l'écrire un million de fois votre formule, et pendant que vous l'écrirez, ceux qui rêvent d'un monde à genoux se repaîtront du sang dont ils aiment le goût, se drapperont du noir dont ils couvrent leur butin, se prosterneront devant le néant qu'ils vénèrent plus que la vie.

- Colère !

Ils n'ont pas vu ces fossoyeurs de l'humanité, ces coupeurs de têtes, ces linceuls étriqués qui entraînent les enfants vers l'abîme, qu'ils exécutent leur danse macabre sur une terre agonisante ?

Alors qu'ils nous laissent sauver la planète tant que l'on peut encore le faire et qu'ils crèvent tous  !

 

 

24 novembre 2015

Parenthèse peace and love

Après cette sculpture réalisée à partir d'un morceau de bois d'olivier que je considère comme une parenthèse " peace and love " dans le contexte actuel, et parce-que je l'avais commencée bien avant que des dégénérés perpètrent un massacre à Paris vendredi 13 novembre, je reviens à mon engagement total pour la liberté  d'expression, le blasphème et les justes causes.

P1050047

P1050050

P1050048

P1050051

Titre : " De la fragilité de la vie 2 "

Dimensions : 36 cm X 37 cm X 68 cm

Technique : bois d'oilivier poli, argile autodurcissante patinée.

 

Posté par Maya Sinceretti à 16:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

" De la fragilité de la vie "

Voici une des sculptures réalisées à partir du bois d'olivier.

P1050045

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 P1050043

 

Bois d'olivier partiellement poli, argile auto durcissante patinée.

Dimensions : 30 cm X 33 cm X 40 cm

Posté par Maya Sinceretti à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 novembre 2015

Sculpture en cours

 Cette fois je mets de côté les bas-reliefs et je choisis la ronde bosse pour la partie modelage et la taille pour la partie sculpture du bois d'olivier dont je vous ai parlé le mois dernier.

Pour illustrer mon sujet je modèle trois jeunes enfants ( en cours de réalisation sur les photographies ci-dessous ) qui seront intégrés à la sculpture. A ce stade du modelage j'utilise des râpes italiennes, de fines limes et du papier abrasif pour rectifier quelques défauts avant le passage en teinte.

P1050037

 

P1050042

                                            Pour  vous donner une idée de la taille des enfants...

 

 

 

 

 

 

 D'ici quelques jours je vous présenterai la sculpture complète terminée.

 

Posté par Maya Sinceretti à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 août 2015

Olea Europea

Bonjour, je commence une nouvelle série de sculptures et vous ai rédigé un petit texte en préambule aux créations à venir.

" Un vieil olivier est mort,

il aurait pu rester debout tant  que la terre soutiendrait son tronc tortueux aux branches appelant quelque oiseau à se poser un instant comme avant...

Désormais inutile il a été arraché, couché, tronçonné, traîné puis jeté dans une carrière.

Etrange sépulture.

Une âme charitable, émue par ce triste spectacle m'a dit que par la sculpture je pouvais le rendre beau à nouveau. J'ai donc ramassé quelques éclats de sa spendeur passée que j'ai déposés sur ma terrasse.

Je ne ferai qu'en magnifier les traces de vie pour montrer comme il avait fière allure et lui offrirai, sans le déranger, ce qui jamais ne l'aurait tué...

Pour quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, le temps qu'il voudra, je resterai près de lui, parce-que le temps, pour  un vieil olivier et moi importe si peu.

Il me parlera, je l'écouterai puis nous pourrons nous quitter heureux de ne rien regretter.

Je lui dirai adieu, vous lui direz que vous l'aimez. "

 

Pour conclure, vous mettre sur la voie et vous faire patienter, voici une citation de mon cru :

"L'homme sans la nature n'est rien, mais pas le contraire."

Posté par Maya Sinceretti à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 juillet 2015

"Ce que le vent emporte".

bas-relief de 50cmX70cm, argile autodurcissante et papier.

bas-relief de 50cmX70cm, argile autodurcissante et papier

                                               .Capitalisme mortifère.

billetszoom

 

 

 

 

 

 

 

( "Ce que le vent emporte", gros plan sur les dollars découpés, collés puis patinés.)

Posté par Maya Sinceretti à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

03 juin 2015

Pour en finir avec Moloch

Bas-relief argile, résine, acrylique et patine sur plaque de bois, 60cm x 90cm.

 

Moloch(details)

Avenir mazouté, oiseaux agonisants, nature massacrée jour après jour...

Qui ose encore parler d'humanité ?

 

 

 

 

10 avril 2015

Ebauchoirs et Cie

P1050024

Voici les outils avec lesquels je commence chaque sculpture, un vieux couteau pour trancher l'argile, deux spatules pour l'étaler, et des ébauchoirs en bois que j'avais taillé dans des branches de buis et qui me sont fidèles depuis vingt ans.

Les formes variées de mes ébauchoirs permettent un modelage précis et moins de terre sur les mains !

Posté par Maya Sinceretti à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 avril 2015

Nouvelles de l'atelier

Après 4 jours de Salon International d'Art Contemporain à Marseille et 7 jours d'exposition personnelle à Saint Cyr sur mer, il est grand temps de commencer un nouveau bas-relief.

Plaque de bois installée sur la table, argile prête à rouler sous mes doigts, outils de buis alignés sagement, c'est parti !

Sans dévoiler le sujet, je peux dire que mes deux dernières lectures ont influencé le choix de celui-ci;

- "L'insurrection qui vient" de Comité invisible

- "Comment les riches détruisent la planète" d'Hervé Kempf

 Je prendrai, pour cette oeuvre quelques photographies en cours de réalisation, "Work in progress" comme on dit au pays du net.

Posté par Maya Sinceretti à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 mars 2015

L'origine du monstre

60 cm x 90 cm

De "L'origine du monde" de Courbet à "L'origine du monstre", la scène se situe au même endroit ...

Le monde se serait-il endormi si profondément entre les cuisses  chaleureuses du tableau de Courbet qu'il n'aurait pas vu arriver ceux qui haïssent et méprisent  les femmes, arrachent les cartables d'écolières pour les ensevelir sous de sombres toiles de terreur ?

La kalachnikov en érection et la bite qui tire à tout va sur des cibles apeurées, tel est le portrait de boko haram, daesh et Cie.

L'origine du monstre b

24 mars 2015

R 654.1

 

 60cm x 90cm

Hier noble destrier, fidèle monture, signe extérieur de richesse

puis caprice oublié

vanité, vanité...

 

Explication du titre : R 654.1 est un article du code de procédure pénale qui réprime la maltraitance animale.